Privilégier un Grand Paris sobre en carbone, respirable, exemplaire, c’est préférer un système de transports en commun puissant et durable. S’inscrivant dans les objectifs de la COP21, la Société du Grand Paris conçoit et réalise un métro respectueux de l’environnement. Sept engagements guident nos actions et s’appliquent à tous nos partenaires. 

  • Éviter, réduire ou compenser les impacts environnementaux
La conception et la réalisation du Grand Paris Express sont fondées sur le principe « éviter – réduire compenser ». Notre démarche se décline sur chaque ligne du nouveau métro (futurs ouvrages et tunnels) et notre évaluation environnementale s’est déployée sur un territoire six fois plus grand que l’impose la réglementation. 
 
  • Viser la sobriété énergétique
Plus le nouveau métro sera économe en énergie, plus il contribuera à la transition énergétique du territoire. C’est pourquoi la réduction des besoins, l’optimisation des consommations et la récupération des énergies s’imposent à nous comme des priorités. 
 
  • Insérer tous les ouvrages dans leur contexte environnemental, architectural ou paysager
La conception de chaque ouvrage du métro s’appuie sur une évaluation environnementale exhaustive. Menée très en amont du projet, elle a guidé nos choix ; ils prennent en compte les patrimoines architecturaux et paysagers de chaque site. 
 
  • Anticiper les risques naturels
La construction du nouveau métro exige d’anticiper le risque inondation. Nous le faisons, et même au-delà des obligations réglementaires. En adaptant nos infrastructures de transport aux risques de crues, nous participons à la résilience urbaine de tous les territoires qu’elles traversent.
 
  • Favoriser les mobilités douces
Nous souhaitons que les gares du Grand Paris Express deviennent des pôles de toutes les mobilités. Au cœur des futurs systèmes de transports, elles favoriseront l’essor de modes de déplacement plus doux et durables.
 
  • Conduire des chantiers écoresponsables
Nous signons avec les entreprises de travaux et leurs sous-traitants une « charte environnement » des chantiers. Notre cahier des charges impose des contraintes qui vont au-delà des prescriptions réglementaires en matière d’environnement. 
 
  • Développer une économie circulaire de la gestion des déblais
Dès le lancement du projet, nous nous sommes engagés dans une démarche d’anticipation de la gestion des 45 millions de tonnes de déblais que le chantier du Grand Paris Express va générer. Traçabilité des terres excavées, valorisation en fonction de leur nature et recherche d’alternatives à la route dans leur transport forment les trois axes de notre programme.