De nombreuses études ont pointé l’enclavement de Clichy-sous-Bois. Nous avons suivi Mohand, un de ses habitants. Il perçoit une amélioration récente des conditions de vie, mais la transformation de la ville demeurera inachevée tant que le nouveau métro ne la desservira pas. 

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy.jpg

Mohand, un habitant de Clichy-sous-Bois

Cela fait huit ans que Mohand vit ici. Aspirant à plus d’espace, il a quitté Paris pour Clichy-sous-Bois. Huit années au cours desquelles il a vu la ville se transformer. Nombre de tours ont été détruites ou réhabilitées. De nouvelles constructions, plus basses, plus aérées plus colorées, aux formes moins monotones ont été construites. « Les grandes tours concentraient de fortes densités urbaines, où s’accumulaient beaucoup de problèmes », explique Mohand. « Tout n’est pas encore parfait, mais ces dernières années la ville s’est améliorée ». Agent de sécurité, il effectue des missions de vigile de boîte ou de gardiennage de chantier, dans la ville et ses alentours. Parmi les chantiers qu’il garde figure celui de la gare Clichy-Montfermeil. Ce site, autour duquel la rénovation urbaine bat son plein, sera l’un des points névralgiques de la ville. A l’intersection des futures lignes de tramway (T4) et de métro (ligne 16), la gare jouxtera les ateliers Médicis, la nouvelle maison dédiée aux jeunes artistes afin de favoriser l'éclosion des talents. 

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy_2.jpg

La ville fait l'objet depuis plus de dix ans d'une politique de rénovation urbaine.

Mais, bien souvent, Mohand doit s’éloigner de son lieu de vie pour trouver un travail. Et la lenteur des trajets en transports devient une tannée. « Quand je bossais à Montreuil, je devais me lever à 6h pour y être à 9h ». Pour se rendre à Paris, il faut rejoindre le RER E à la gare Le Raincy-Villemomble-Montfermeil via le bus 601. Une ligne de bus « toujours blindée ». Cet enclavement a localement de lourdes conséquences économiques. « Certaines personnes renoncent à chercher du travail, découragées par l'éloignement des offres d'emplois », raconte Mohand. Suivons notre guide dans son trajet allant de Clichy-sous-Bois jusqu'à l’aéroport Charles-de-Gaulle, un bassin d’emplois attractif où il effectue régulièrement des missions.

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy_3.jpg

Mohand attend le bus 347. 10 minutes d’attente. A ne pas rater car le suivant est dans 35 minutes !

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy_6.jpg

Après 13 stations et 20 minutes de traverse de rues sinueuses dans des zones résidentielles, le bus de Mohand arrive dans la gare d’Aulnay-sous-Bois. Coup de chance : cette fois-ci,  le RER B arrive immédiatement. Mieux : il va dans la bonne direction, vers Charles-de-Gaulle. 

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy_5.jpg

Après une douzaine de minutes, on arrive au terminal 2 de l’aéroport. Pas pour prendre l’avion, mais pour avancer vers l’une des zones industrielles. L’ensemble du trajet a pris 1h... pour une distance à vol d'oiseau de seulement 8 kilomètres !

Le quotidien de nombreux Clichois est composé de longues et multiples moments d’attentes. De quoi en décourager plus d’un lorsqu’il s’agit de s’éloigner de la ville pour chercher un  emploi. L’arrivée du nouveau métro changera significativement la donne. Pour arriver au terminal 2 de l’aéroport Charles-de-Gaulle, on mettra alors 23 minutes. Le nombre d'emplois accessibles en 45 minutes depuis la future gare Clichy-Montfermeil sera multiplié par plus de dix (étude Apur). En attendant, Mohand a opté pour la voiture, afin d’améliorer sa qualité de vie. Une voiture qu'il est déjà prêt à délaisser lors de l’arrivée du nouveau métro. 

jai_teste_pour_vous_de_clichy-sous-bois_a_roissy_7.jpg