La barre du million d’heures en insertion vient d'être franchie sur les chantiers du Grand Paris Express. Un chiffre qui atteste de la montée en puissance des travaux, principalement sur les lignes 15 Sud et 16.

Depuis le début des travaux du Grand Paris Express, plus d’un million d’heures en insertion ont été réalisées par des personnes éloignées de l’emploi. Dans le cadre de ses engagements RSE, la maîtrise d'ouvrage demande à tous les attributaires de ses marchés de dédier un minimum de 5% des heures de travail aux personnes éloignées de l’emploi (chômeurs de longue durée, allocataires du RSA, jeunes de moins de 26 ans avec peu de qualifications, personnes en situation de handicap, etc.). Afin d’appuyer la mise en œuvre de ces engagements au plus près des territoires traversés par les chantiers du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris a signé onze conventions pour le développement de l’emploi avec les collectivités concernées.

La ligne 16 accélère

Près de 1400 personnes ont déjà bénéficié des contrats en insertion depuis le début des travaux. Elles étaient 616 en septembre 2018. En un an, ce nombre a plus que doublé, des résultats obtenus notamment grâce à la dynamique de la ligne 15 Sud. La montée en puissance des travaux de génie civil sur la ligne 16 est également perceptible, entraînée par les chantiers du lot 1 et le démarrage de deux nouveaux lots de génie civil.

La ligne 14 Sud, qui fait partie du Grand Paris Express mais dont la maîtrise d’ouvrage est déléguée à la RATP, participe également de cette évolution.

A noter enfin le démarrage des travaux sur les lignes 17 nord et 18.

Des heures sont également réalisées dans le cadre des marchés de réalisation du matériel roulant, de l’équipement des voies ferrées, de systèmes embarqués du matériel roulant, etc.

Des emplois essentiellement locaux

Même si les métiers du BTP se féminisent, les hommes représentent encore 87% des publics en insertion sur les chantiers. Quasiment tous les bénéficiaires sont Franciliens et la plupart réside à proximité des chantiers. Autre enseignement : l'intérim et l’intérim d’insertion demeurent les principales portes d'accès à l'emploi. Un passage qui permet ensuite à la personne recrutée d'évoluer au sein de l'entreprise.

Favoriser l'attractivité des métiers des travaux publics

Entreprises, fédérations professionnelles, établissements publics territoriaux et maîtres d'ouvrage travaillent ensemble pour faire tomber les préjugés et attirer de nouvelles personnes vers ces métiers ; la Société du Grand Paris propose notamment, depuis le mois de septembre, une visite présentant les métiers des travaux publics, à destination des professionnels de l’emploi et du grand public. Souvent une première étape pour des parcours d’insertion durable dans l’emploi.

Au total, les entreprises se sont déjà engagées à réaliser au moins 2,3 millions d'heures d'insertion pour la construction du nouveau métro ; des engagements qui évolueront au fur et à mesure de la montée en régime des travaux.