Une ville durable et inventive

Mis à jour :

Le Grand Paris a vocation à penser la ville de demain, durable, inventive et solidaire. Il fera de l’Île-de-France une métropole attractive du XXIe siècle. S’inscrivant dans la durée, à l’horizon 2030, cette métropole devra prendre en compte la lutte contre le dérèglement climatique. Une ville durable consomme moins et mieux, elle est le lieu de la sobriété, de la protection des espaces naturels et de l’amélioration du cadre de vie.

L’avenir soutenable, c’est aussi une ville dense qui intègre l’idée de la proximité et de l’accès facilité aux services essentiels. Dans cette optique, le rapprochement entre lieux de travail et d’habitation reste un objectif prioritaire s’agissant d’une région dans laquelle les habitants passent une partie importante de leur temps dans les transports. De même, la construction de 70 000 logements par an est un impératif, sur un territoire où il est si difficile de se loger à prix accessibles.
Le Grand Paris doit être utile avant tout aux habitants. C’est pour cette raison que les projets reposent sur une association étroite de tous les Franciliens, des élus, des collectivités locales. Ce sont les habitants qui donnent vie et forme à un territoire, ils en sont la matrice. La ville durable est pensée par et pour ses habitants.

Un projet solidaire

Comment penser l’aménagement d’un territoire de 12 millions d’habitants et qui représente près du tiers du produit intérieur brut français ? C’est le défi que pose le Grand Paris, un projet urbain, social et économique. Concrètement, l’idée repose sur la rénovation du réseau de transport public existant et le développement de nouvelles lignes de métro pour la région Île-de-France. Sur ce tracé de transport vont pouvoir émerger de véritables projets urbains, de nouveaux quartiers accueillant des fonctionnalités multiples, logements et activités économiques, pôles universitaires et équipements culturels, en particulier autour des lieux stratégiques et structurants que sont les gares. Il s’agit à la fois de faire émerger des pôles d’activités et d’imaginer un rééquilibrage du territoire francilien en faveur des quartiers isolés et enclavés. Le Grand Paris, c’est une certaine idée de la solidarité, c’est l’image de l’égalité des territoires. Il faut redessiner la région dans la logique d’un meilleur équilibre entre les territoires, entre l’est et l’ouest, entre Paris et la banlieue.