À quoi ressemblera le Grand Paris Express ? Ses rames et ses gares ? Comment et où le nouveau métro sera-t-il entretenu ? Vitesse, aménagements, services, il renouvellera en profondeur les conditions de transport en Île-de-France. Petit tour d’horizon de ce que sera le métro de demain.

Un métro nouvelle génération

Vers une expérience renouvelée du transport francilien

Des centres techniques pour garantir le fonctionnement du réseau

Les ouvrages de service

Un métro nouvelle génération                    

 

Fiable et rapide

Le Grand Paris Express sera un métro entièrement automatique. Pour les voyageurs cette automatisation garantit une maîtrise des temps de transport. En outre, elle permet d’adapter la fréquence des trains en fonction des territoires, des besoins des usagers, d’évènements particuliers (manifestations culturelles ou sportives par exemple) ou en réponse aux changements des rythmes de vie des Franciliens (semaine, week-end, soirée, vacances scolaires, etc).

Pour l’exploitant, l’automatisation favorise aussi une circulation des trains à haute fréquence. Sur la ligne 15 par exemple, aux heures d’affluence, les métros se succéderont toutes les deux minutes. Sur les lignes 16, 17 et 18, l’intervalle minimum sera de 3 minutes – soit un train toutes les 90 secondes sur le tronc commun des lignes 16 et 17. 

Le nouveau métro sera aussi très rapide. Grâce aux innovations technologiques et aux distances entre les gares, le Grand Paris Express circulera à une vitesse moyenne comprise entre 55 et 65 km/h sur les nouvelles lignes 15, 16, 17 et 18, avec une vitesse maximale de 110 km/h. À titre de comparaison, le RER A circule aujourd’hui en moyenne à 49 km/h, contre 21 à 27 km/h pour le métro parisien et 12 Km/h pour les bus de Paris intra-muros circulant sur un couloir prioritaire !

Tableau 1 : Caractéristiques techniques des nouveaux trains du Grand Paris Express

 

Confortable et connecté

Le métro de demain est conçu pour le confort de tous. Les aménagements intérieurs des trains feront l’objet d’un soin particulier : climatisation, possibilité de circuler d’une voiture à l’autre pour une meilleure répartition des voyageurs, systèmes d’information en temps réel, accès au haut débit, etc.

Ecologique

La sobriété énergétique constitue un objectif essentiel du Grand Paris Express. Diverses solutions et innovations seront développées pour y parvenir : récupération de la chaleur produite par l’infrastructure, utilisation de luminaires de type LED, recyclage de l’énergie lors du freinage, régulation thermique, etc.

L’achat du matériel

L’acquisition du matériel roulant des lignes 15, 16, 17 et 18 est portée par la Société du Grand Paris, en relation avec Île-de-France mobilités qui en sera propriétaire au moment de la mise en service. Assistée par les bureaux d’études Systra et Egis Rail, la Société du Grand Paris a défini les principales caractéristiques des véhicules qui circuleront sur le réseau au sein d’un cahier des charges. Les premiers marchés concernant le matériel roulant seront attribués en 2018, dans le cadre d’un appel d’offre avec mise en concurrence préalable.

 

Vers une expérience renouvelée du transport francilien

À la descente du métro

Les voies du nouveau métro seront séparées des quais par des portes vitrées. Cet aménagement garantit une meilleure sécurité des usagers, améliore la qualité de l’air tout en favorisant le maintien dans la gare d’une température agréable et constante. Une fois sur le quai, spacieux et lumineux, une signalétique simple et claire orientera le voyageur.

Dans la gare

Le parcours du voyageur, qu’il soit en correspondance ou ait atteint sa destination finale, est pensé pour être rapide et intuitif. Les gares seront conçues pour faciliter les déplacements des personnes en situation de handicap (handicap moteur, déficients visuels, auditifs ou cognitifs), des femmes enceintes, des voyageurs munis d’une poussette ou de bagages, etc. Couloirs courts, nombreux ascenseurs, escaliers mécaniques, marquages au sol ou encore informations sonores faciliteront les déplacements de tous au sein de la gare. Le travail de la lumière et de l’acoustique ainsi que le choix des matériaux participeront à créer un environnement apaisant.

Vers le hall d’accueil

Remontant des quais vers la surface, le voyageur sera accueilli dans un hall aéré et ouvert vers l’extérieur. Il pourra y obtenir des informations, acheter un titre de transport, faire des courses dans les commerces de la gare (conciergerie, boulangerie, point retrait-colis, fleuriste, etc.), travailler dans un espace de travail collaboratif… et bien sûr, accéder à différents services numériques grâce au haut débit.

Sur le parvis de la gare

En franchissant le seuil de la gare, le voyageur se retrouvera sur un vaste parvis. Derrière lui, la partie émergée de la gare s’affirmera comme une porte d’entrée du nouveau réseau de transport – un bâtiment à la fois immédiatement identifiable et harmonieusement inséré dans son environnement.

De là, le voyageur pourra poursuivre son trajet en empruntant un autre moyen de transport. Les parvis des gares du Grand Paris Express, imaginées comme des places urbaines, faciliteront les accès à des modes de transport doux et les interconnections aux autres réseaux – métro, RER etc. En somme, la gare devient un lieu essentiel de l’intermodalité ! 

 

Des centres techniques pour garantir le fonctionnement du réseau

Plus de 200 rames automatiques circuleront quotidiennement sur les 200 kilomètres du réseau du Grand Paris Express. Implantés sur l’ensemble du territoire francilien, sept centres d’exploitation  assureront le bon fonctionnement du réseau et du métro. Ils sont répartis suivant trois fonctions : commandement centralisé, maintenance et de remisage, et maintenance des infrastructures.

 

Plus de 200 rames automatiques circuleront quotidiennement sur les 200 kilomètres du réseau du Grand Paris Express. Implantés sur l’ensemble du territoire francilien, sept centres d’exploitation  assureront le bon fonctionnement du réseau et du métro. Ils sont répartis suivant trois fonctions : commandement centralisé, maintenance et de remisage, et maintenance des infrastructures.

 

Le poste de commandement centralisé (PCC)

Centre névralgique du réseau, le poste de commandement centralisé sera en service 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Il assurera les fonctions suivantes :
Commandement de l’ensemble de la circulation des trains ;
Surveillance du trafic en temps réel ;
Régulation du trafic et organisation du retour à la normal en cas d’incident ;
Optimisation de la qualité de service.

 

Le site de maintenance et de remisage (SMR)

Sur le site de maintenance et de remisage, le matériel roulant sera révisé, entretenu, réparé et remisé. Le SMR assurera également la réception des futures rames du métro. Il comportera plusieurs espaces :
L’atelier de maintenance ;
La zone de remisage ;
La zone de lavage ;
Les locaux administratifs et sociaux pour le personnel ;
Des zones de stationnement et d’accès du personnel et des visiteurs.

Le site de maintenance des infrastructures (SMI)

Enfin, le site de maintenance des infrastructures veillera à maintenir les équipements du métro en parfait état de fonctionnement (voies, ouvrages d’art, distribution d’énergie, etc.). Sur ce site sera assurée la maintenance des infrastructures suivantes :
Voies ;
Transformation et distribution de l’énergie électrique ;
Conduite du transport ;
Équipements des gares ;
Éléments structurels des ouvrages d’art ;
Véhicules de maintenance et trains de travaux.

Un levier pour le développement des territoires

Les centres d’exploitation seront une source d’activités technologiques, générant plus de 1 000 emplois directs sur l’ensemble de ces sites, auxquels s’ajoutent les emplois induits liés à l’administration, la logistique, le gardiennage… Conçus en concertation avec les collectivités locales, les centres participeront au développement économique des territoires. Ils seront aussi des vitrines de l’excellence technologique et de l’innovation du Grand Paris Express. Par ailleurs, leur conception architecturale intègre une approche environnementale pour une meilleure insertion des bâtiments dans les territoires. 

 

Les ouvrages de service

Le bon fonctionnement du métro, le confort et la sécurité des voyageurs reposeront également sur un ensemble d’ouvrages plus modestes, mais tout aussi essentiels. Parmi ceux-ci, les puits de ventilation et de désenfumage, les accès de secours, les ouvrages de décompression, d’épuisement, de raccordement ou de débranchement. 

 

 

 

Près de 200 ouvrages de ventilation et de désenfumage sont construits pour garantir une bonne circulation de l’air dans les tunnels et une température confortable sur l’ensemble du réseau. Ils servent aussi d’accès de secours pour permettre aux pompiers d’intervenir rapidement. Ces puits d’accès sont édifiés à intervalles réguliers de 800 mètres maximum.

Les ouvrages de raccordement, appelés aussi « d’entonnement », permettront de connecter entre eux des ouvrages souterrains distincts. Un tel ouvrage sera, par exemple, construit sur le site de la gare du Bourget RER, où les tunnels des lignes 16 et 17 se connecteront.

Enfin, les ouvrages de débranchement permettront une liaison directe entre une ligne de métro et un centre d’exploitation. Entre les gares d’Aulnay et du Blanc-Mesnil, par exemple, un ouvrage de débranchement sera construit pour connecter la ligne 16 et à son site de maintenance et de remisage.