Construit au cœur de la métropole, dans un environnement urbain particulièrement dense, le Grand Paris Express est bien plus qu’un métro. Il permet de densifier la ville, notamment aux abords de ses gares, il participe à l’élan de la construction de nouveaux logements et au rééquilibrage des activités économiques, culturelles et commerciales en Île-de-France. Il est aussi une réponse concrète à l’enclavement de certains quartiers populaires qui se sentent à l’écart de la métropole, de ses richesses, de ses opportunités.

Un métro au coeur de la ville

Des quartiers connectés au coeur de la métropole

Une identité urbaines affirmée par la gare

Inventer la métropole avec le métro


Un métro au coeur de la ville

Un peu plus de 60% des surfaces bâties situées près des gares du Grand Paris Express sont consacrées au logement. Cet environnement raconte l’histoire et les transformations urbaines de la métropole, avec les cités-jardins, comme celle de Gennevilliers dans le quartier des Agnettes, ou les barres et tours construites en béton armé qui se sont élevées à La Courneuve, Aulnay, Clichy – Montfermeil ou encore Massy Opéra. À ce jour, ce sont ainsi quelque 540 000 logements qui sont dénombrés dans les 68 quartiers de gare du Grand Paris Express.

Dans une étude publiée en septembre 2017, intitulée « Quels logements dans les quartiers de gare du Grand Paris Express », l’Atelier parisien d’urbanisme (Apur) analyse la composition du tissu urbain desservi par le nouveau métro et souligne que des dynamiques de construction sont déjà à l’œuvre dans les quartiers de gare. Ainsi, 14,6 millions de m² ont été autorisés à la construction, entre les années 2000 et 2013, dans les 68 quartiers de gare : 5,6 millions sont dédiés au logement et 8,8 millions aux activités économiques, sociales et culturelles. Cela représente une moyenne annuelle de 400 000 m² de logement et 630 000 m² d’activités.

Depuis une dizaine d’années, la dynamique est beaucoup plus soutenue dans une dizaine de quartiers : l’arrivée du métro a conforté et amplifié la dynamique préexistante à Saint-Denis Pleyel, Stade de France, Les Grésillons, Pont de Sèvres, Rosny Bois-Perrier, Nanterre La Boule, Nanterre La Folie et dans certains quartiers du plateau de Saclay.

Métro automatique conçu pour relier entre eux les territoires tout autour de Paris sans passer par la capitale, le Grand Paris Express a pour vocation d’irriguer des territoires aujourd’hui peu ou mal desservis, où les habitants ont le sentiment de vivre « en périphérie ».

Les quartiers de gare du Grand Paris Express concentrent une plus forte présence des ménages modestes, employés ou ouvriers et comptent un taux de chômage un peu plus élevé que la moyenne de la métropole. Et 30 % des logements dans les quartiers de gare sont des logements locatifs sociaux.

42 des 68 quartiers de gares du nouveau métro contiennent des quartiers de la politique de la ville (QPV), qui bénéficient d’actions spécifiques en faveur de la cohésion sociale, du cadre de vie et du développement d’activités économiques. Les QPV bénéficient notamment de mesures fiscales incitatives : 37 % de la surface des quartiers de gare du Grand Paris Express sont concernés par ces incitations.

Dans quatre quartiers de gare, c’est plus de la moitié de la surface du quartier qui est en QPV : Mairie d’Aubervilliers (ligne 15 Est), La Courneuve Six Routes (lignes 16 et 17), Fort d’Aubervilliers (ligne 15 Est) et Clichy – Montfermeil (ligne 16).

Selon l’étude de l’Apur, le profil des habitants des quartiers de gare est caractérisé par la présence de nombreuses familles et de jeunes de moins de 18 ans. Le Grand Paris Express aura un impact positif direct sur les jeunes de ces quartiers, qui auront un accès plus rapide aux opportunités d’études et d’emploi.

Des quartiers connectés au coeur de la métropole

Métro automatique conçu pour relier entre eux les territoires tout autour de Paris sans passer par la capitale, le Grand Paris Express a pour vocation d’irriguer des territoires aujourd’hui peu ou mal desservis, où les habitants ont le sentiment de vivre « en périphérie ».

Les quartiers de gare du Grand Paris Express concentrent une plus forte présence des ménages modestes, employés ou ouvriers et comptent un taux de chômage un peu plus élevé que la moyenne de la métropole. Et 30 % des logements dans les quartiers de gare sont des logements locatifs sociaux.

42 des 68 quartiers de gares du nouveau métro contiennent des quartiers de la politique de la ville (QPV), qui bénéficient d’actions spécifiques en faveur de la cohésion sociale, du cadre de vie et du développement d’activités économiques. Les QPV bénéficient notamment de mesures fiscales incitatives : 37 % de la surface des quartiers de gare du Grand Paris Express sont concernés par ces incitations.

Dans quatre quartiers de gare, c’est plus de la moitié de la surface du quartier qui est en QPV : Mairie d’Aubervilliers (ligne 15 Est), La Courneuve Six Routes (lignes 16 et 17), Fort d’Aubervilliers (ligne 15 Est) et Clichy – Montfermeil (ligne 16).

Selon l’étude de l’Apur, le profil des habitants des quartiers de gare est caractérisé par la présence de nombreuses familles et de jeunes de moins de 18 ans. Le Grand Paris Express aura un impact positif direct sur les jeunes de ces quartiers, qui auront un accès plus rapide aux opportunités d’études et d’emploi.

Une identité urbaine affirmée par la gare

Acteur de la transformation urbaine, le nouveau métro dessine les nouvelles frontières de la métropole, et ses gares participent à la mutation des quartiers et contribuent à la production de logements en Île-de-France.

600 000 m² de bâti, dans 33 quartiers de gares, sont aujourd’hui prévus ou à l’étude par la Société du Grand Paris.

Les projets immobiliers connexes aux gares sont sélectionnés par la Société du Grand Paris et les collectivités concernées. Réalisés par des opérateurs privés, ils se développent en surplomb et/ou à proximité immédiate de la gare sur le foncier de la Société du Grand Paris, lui conférant une forte identité urbaine.

A fin 2017, 9 projets immobiliers connexes étaient déjà attribués :
Créteil L’Echat (ligne 15 Sud)
Issy RER (ligne 15 Sud)
Bagneux M4 (ligne 15 Sud)
La Courneuve Six Routes (lignes 16 et 17)
Bry – Villiers – Champigny (ligne 15 Sud)
Kremlin-Bicêtre Hôpital (ligne 14 Sud)
Les Ardoines (ligne 15 Sud)
Le Vert de Maisons (ligne 15 Sud)
Châtillon- Montrouge (ligne 15 Sud) 

D’autres projets immobiliers connexes sont à l’étude, répartis sur l’ensemble du réseau. Au-delà des gares, la Société du Grand Paris étudie également l’intégration urbaine de ses équipements techniques : ouvrages annexes, centre de maintenance, ouvrage d’entonnement. À titre d’exemple, le centre d’exploitation de Champigny-sur-Marne pourrait également accueillir un projet immobilier contribuant à la revitalisation de ce territoire.

Inventer la métropole avec le métro

Dévoilés le 18 octobre 2017, les 51 projets lauréats du concours « Inventons la métropole du Grand Paris » illustrent une mobilisation sans précédent des professionnels de l’immobilier, promoteurs, investisseurs et architectes, ainsi que des start-up de l’innovation urbaine. 

19 des 51 sites sont localisés dans les quartiers de gare du Grand Paris Express. Ils représentent plus de la moitié des 166 hectares de la consultation et cumulent un investissement total estimé à 4,5 milliards d’euros (sur les 7,2 milliards d’euros de l’appel à projets). Un quartier de gare sur trois accueille un site d’Inventons la Métropole du Grand Paris. 1,2 million de mètres carrés, dont plus de 8 700 logements, seront construits dans ce cadre. 

les_lumieres_de_pleyel.png

Les lumières de Pleyel