Les premières barges permettant d’embarquer directement les déblais depuis les chantiers du nouveau métro viennent de s’activer. Pour le transport alternatif des terres du Grand Paris Express, 2019 sera une année particulièrement… chargée. 

Les toutes premières barges de déblais chargées directement au pied d’un chantier du Grand Paris Express sont entrées en scène début avril. L’opération a eu lieu sur le chantier de l’ouvrage Puits du canal, à Aubervilliers (93). Cette évacuation par voie fluviale, qui correspond à la première phase de terrassement du puits de lancement d’un des tunneliers de la ligne 16, a duré quelques jours, mais les barges reprendront du service dès le 23 avril prochain pour les prochaines étapes d’excavation.

Ces étapes de terrassement du puits nécessiteront d’évacuer 45 000 tonnes de terres et génèreront un pic de trafic de l’ordre de neuf barges de 300 tonnes par jour, quand un camion transporte de 15 à 30 tonnes de déblais. Pour le creusement du tunnel, prévu fin 2019, pas moins de 16 barges pourraient partir quotidiennement du chantier piloté par Eiffage.

Alternative fluviale et ferroviaire

Ce printemps 2019 souligne la concrétisation du transport alternatif aux camions sur d’autres sites. Aux Ardoines, sur la ligne 15 Sud, ce sont les terres du tunnelier qui seront embarquées sur les barges dans les prochaines semaines. À l’automne, une nouvelle plateforme d’évacuation fluviale entrera en action, à Pont de Sèvres (ligne 15 Sud). La voie d’eau n’est pas la seule à connaître une actualité chargée. Mi-avril est programmée la première évacuation ferrée depuis l’Installation terminale embranchée (ITE) à Villiers-sur-Marne. Les trains transporteront chaque jour entre 500 à 1000 tonnes de terres. Au total, barges et trains permettront, depuis ces quatre sites, d'éviter la rotation de 160 000 camions.

Avec déjà plus de 110 chantiers à son actif début 2019, le Grand Paris Express se traduira par l'excavation de 45 millions de tonnes de déblais. D’ici à la fin de cette année, les chantiers du nouveau métro auront généré quelque 10 millions de tonnes de terres, des terres à caractériser et à transporter avant leur stockage ou leur valorisation.

Le saviez-vous ? 
un camion = entre 15 et 30 tonnes de terre ; 
une barge fluviale = 2 500 tonnes de terre, soit l’équivalent de 100 camions environ ; 
un train = 1 400 tonnes de terre, soit l’équivalent de 50 camions