Dans le cadre des travaux préparatoires de la future ligne 18, une plante protégée a été déplacée en novembre dernier. Elle va s’épanouir sur le site du Golf national de Guyancourt.

Il était une fois, sur le plateau de Saclay, la Drave des murailles. Cette petite plante est surtout repérable au printemps. De petites fleurs blanches signalent alors sa présence. Cette espèce figure sur la liste rouge des espèces protégées en Île-de-France : la loi, protectrice de la biodiversité, interdit toute atteinte à cette plante.

Déplacement de la Drave des murailles
La drave des murailles, espèce protégée
La Drave n’est pas la seule à occuper le plateau. Côtoyant le Centre d’Energie Atomique, elle est aussi à proximité de campus universitaires et des centres de recherche à réputation internationale. Incontestablement, cette « Silicon Valley » française est un de nos joyaux scientifiques nationaux. Elle ne souffre que d’une chose : sa mauvaise desserte en transports. D’où l’arrivée prochaine du nouveau métro, la ligne 18, qui facilitera grandement les allers et venues des étudiants, chercheurs et savants. Les travaux préparatoires allaient pouvoir débuter.

 

Un problème demeurait toutefois : le tracé de cette ligne traverse un territoire sur lequel la Drave des murailles est implantée. Ici, la ligne 18 était impossible à dévier car sa trajectoire a été précisément établie pour éviter une vaste Zone de Protection Naturelle Agricole et Forestière. Conformément à la règlementation et à ses engagements environnementaux, la Société du Grand Paris a sauvegardé des plants de Drave des murailles en la déplaçant avec les précautions que nécessite son statut.

L’opération de  prélèvement a été menée dans la nuit. Les plants étaient localisés le long de la Route Nationale 118 et il fallait que l’intervention des agents soit pleinement sécurisée. Les 3 et 4 novembre 2020, la RN était fermée à la circulation, dans le cadre d’un déplacement de réseaux par Orange. La Société du Grand Paris a profité de cette intervention pour déplacer la Drave des murailles.

Concrètement, les opérateurs ont récolté les plaques de terre contenant les graines de la plante. Pour les déplacer au mieux, ces plaques ont été placées sur des palettes de manière à pouvoir les manipuler sans déstructurer les blocs de terre. Ils ont également recueilli de la terre en vrac qui contient probablement d'autres graines disséminées par l’effet du vent.

Sauvée par le Golf

Déplacement de la Drave des murailles
Restait à savoir où réimplanter la plante. La réglementation impose de la déplacer sur un site dont la pérennité est garantie pendant au moins 10 ans. Ce de manière à ce que la Drave des murailles ait pleinement le temps de se développer et d’essaimer. Or, se trouve à proximité le Golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines, là où a eu lieu la Ryder Cup de 2018. Ce Golf s’est engagé depuis plusieurs années en faveur de la biodiversité qu’il valorise sur son propre terrain en travaillant également avec le Muséum National d’Histoire Naturelle. Les échanges avec la Société du Grand Paris l’ont amené à accepter d’accueillir la Drave des murailles.

C’est donc finalement là que notre Drave a été replantée, à une dizaine de mètres d'un green du parcours de l’Aigle. Un grillage la protège du piétinement des joueurs de golf et de la tonte de gazon. « C’est une fleur de milieu pionnier, explique Caroline Jankowski, du groupe ICARE, responsable environnement sur la ligne 18. On a enlevé les plantes invasives autour donc tout est réuni pour qu’elle reprenne. Le protocole a été intégralement validé par la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Environnement et de l'Energie ».

Au printemps, les écologues vérifieront que la Drave des murailles a bien repris. Mais une chose est déjà certaine : cette plante discrète ne perturbera aucunement les joueurs sur leur parcours…  Et réciproquement !