Le 13 novembre dernier, le président de la République s'est rendu à Clichy-sous-Bois pour saluer les efforts et encourager les projets de transformation urbaine. À cette occasion, il a confirmé l’arrivée du métro.

visite_du_president_macron_a_clichy-sous-bois.jpg

Dans sa forêt giboyeuse loin de Paris, Henri IV aimait chasser le renard. De cette époque, Clichy-sous-Bois a gardé deux choses, sa magnifique forêt – dont il reste 400 hectares –, et son indéniable enclavement. Lors de son urbanisation dans l'Après-guerre, la ville devait être reliée à Roissy et Marne-la-Vallée par l'autoroute A87. Un projet inabouti, laissant ce territoire isolé s'appauvrir. 
Depuis plusieurs années, rénovation urbaine et désenclavement représentent les deux leviers pour sortir cette ville de ses difficultés. Le 13 novembre, le président de la République Emmanuel Macron s'y est rendu pour y annoncer le renforcement de cette politique. Avec la ferme intention de parler de Clichy-sous-Bois comme une ville porteuse de grands projets, et non plus symbole de grands problèmes. C'est à cette occasion qu'il a confirmé l'arrivée du métro à Clichy-sous-Bois.

 

 

 

 


Qui dit nouvelle artère dit nouvelle ville 

Le renouvellement urbain, opéré depuis 2006, commence à porter ses fruits. 1000 logements démolis, 1400 construits, 1000 réhabilités : ce sont 20 000 habitants qui ont vu leurs conditions de vie s’améliorer nettement.  L'effort se poursuit dans le centre de la ville où de nouveaux travaux aboutiront à 1200 logements détruits et 1400 nouveaux créés.
L'irruption prochaine de la gare Clichy-Montfermeil dans le paysage clichois représente  un autre moyen de transformer la ville. La gare elle-même est emblématique par son architecture dont les courbes audacieuses font écho au projet culturel ambitieux qui verra le jour à proximité : les Ateliers Médicis, inspirés de la Villa Médicis à Rome, qui accueillera des artistes.
Signe des temps, Clichy-sous-Bois attire aussi les regards des investisseurs privés. Ainsi, la ville figure parmi les territoires concernés par le concours « Inventons la métropole ». Face à la future gare, « Centr'Halles au plateau » fera naître un vaste espace comprenant une halle de marché, des logements (1422 m²), des commerces (3 281 m²) et de l’agriculture urbaine à laquelle la population sera sensibilisée. Un autre projet, « Un belvédère métropolitain » verra émerger un parc, une zone résidentielle et des activités agro-écologiques (verger, rucher, pâturage de brebis) au sein d’une ancienne carrière de gypse.

perspective_de_la_gare_clichy-montfermeil.jpg

Perspective de la future gare Clichy-Montfermeil

10 fois plus d’emplois accessibles

Si la révolution urbaine commence à remodeler le paysage de la ville, reste à relever le défi du désenclavement de ce territoire, aujourd’hui isolé du reste de la métropole parisienne. La construction d'un tramway T4 en représentera la première étape. L'arrivée de la ligne 16 de métro, qui desservira la gare Clichy – Montfermeil, parachèvera ce travail. Conséquence immédiate de l'arrivée du Grand Paris Express, les temps de trajet avec les principaux sites de la métropole seront très significativement raccourcis. Les étudiants de Clichy mettent 1h20 pour se rendre à l'université Paris-Est Créteil ; ils en auront pour 20 minutes demain. Les Clichois qui travaillent dans le bassin économique à proximité de l'aéroport Charles-de-Gaulle ont aujourd'hui 51 minutes de transport en commun ; ce temps de parcours passera à 23 minutes grâce au nouveau métro. Les gains ne se limitent pas au temps ! Avec la ligne 16, le nombre d'emplois accessibles depuis la gare Clichy-Montfermeil en 45 minutes  passe de 313 200 à 3 433 300. Un nombre multiplié par plus de dix (étude Apur).
Clichy-sous-Bois  pourrait être le laboratoire d'une politique de la ville réussie. Une ville qui n'a donc pas fini de nous étonner.
 

carle_l16.png

En rose : territoires accessibles en moins de 45 minutes de la gare Clichy-Montfermeil