Balades urbaines

Du 19 au 29 aout 2021, Enlarge Your Paris, en partenariat avec la Société du Grand Paris, organise un cycle inédit de 11 jours de promenades urbaines : un « Tour Piéton du Grand Paris ». Rencontre avec l’un de ses organisateurs, Vianney Delourme, cofondateur d’Enlarge Your Paris.

Grande nouveauté cette année, vous proposez de faire le tour du Grand Paris Express à pied. Comment avez-vous eu l’idée de ces marches urbaines ?

Dès qu’on a vu le tracé du Grand Paris Express, on a compris que les relations au sein de la métropole allaient exploser sans savoir comment elles allaient se reconfigurer. Puis, on a rencontré Guy-Pierre Chaumette, spécialiste de la thématique des frontières, qui a marché sur le tracé du futur réseau du Grand Paris en 2014. Enthousiasmé par sa vision, on a proposé à la Société du Grand Paris d’embarquer les habitants avec nous sur ce tracé. Depuis 2016, ce sont plus de 4000 personnes, au rythme d’une journée par mois environ, qui ont découvert un bout de tracé et constaté l’avancement des travaux. Les gens qui viennent marcher sont très différents, ils viennent de tous horizons. On sent un appétit pour comprendre ce qu’est le Grand Paris mais aussi pour l’ingénierie des grands travaux. Depuis cinq ans, on a développé une vraie expertise du territoire, on en a une connaissance de plus en plus intime et on connaît les passages à emprunter, les meilleures ambiances… La marche requiert quand même de traverser des endroits chouettes.

Et en 2020, on s’est dit qu’il était temps de proposer une grande exploration, une odyssée. Cela a demandé une grande préparation, chaque journée de marche a pu demander jusqu’à quatre jours de repérage. Le Plateau de Saclay par exemple n’a pas été le plus simple, il est a priori peu fait pour les piétons alors qu’il y a beaucoup de choses à y montrer. 

Ce tour piéton, gratuit et ouvert à tous, durera 11 jours et finira à la Cité Fertile dans un bal populaire. On va passer de la marche à la danse, ouverte à tous, même à ceux qui n’ont pas marché !

Comment la marche permet-elle de s’approprier le Grand Paris ?

Pour nous, un Grand Parisien est un piéton augmenté d’un Passe Navigo : chaque usager d’un transport en commun est un piéton à un moment ou à un autre ! On a compris que la marche urbaine était un moyen de s’approprier un territoire car en marchant, on prend le temps, on se met en relation avec les autres, on se représente une carte imaginaire. On sort des clichés, surtout quand on parle du Grand Paris, un territoire qui en est affublé.

Le Grand Paris découlant du Grand Paris Express, on va marcher en suivant le tracé des futures lignes de métro qui n’existent pas encore, en cours de construction, pour s’approprier ces nouveaux territoires. Et on marchera avec les gens qui font ces territoires : des artistes, des agriculteurs, des acteurs... Pendant une journée, les marcheurs pourront donc découvrir le Grand Paris, le projet du nouveau métro, mais aussi discuter avec ces habitants qui vivent sur ce parcours. Ce ne sera pas dans un rapport avec des experts, aussi figé que dans une conférence, il s’agira d’une autre relation avec des habitants qui viendront raconter leur territoire. On sera reçu au musée de Sèvres avec une visite particulière, au potager du roi à Versailles ou dans des fermes urbaines par des apiculteurs…. Tous ces acteurs, culturels ou entrepreneuriaux sont les visages du Grand Paris.

Une autre nouveauté est que la marche aura un thème : les espaces naturels. Pourquoi avoir choisi ce thème ?

On va visiter les grands paysages, rendus plus accessibles par le Grand Paris Express. Ils font la qualité de vie du Grand Paris, on n’a plus besoin de le justifier pendant la pandémie… L’accès à la nature quand on habite en ville est une nécessité physiologique. On veut donc valoriser les territoires naturels du Grand Paris que le Grand Paris Express va rendre plus accessibles.

Les premiers jours, on va découvrir les rivières du nord, le Vieux Rosne, et le Croult, entre Gonesse et le Val-d’Oise. Ces espaces naturels ont été conservés en dépit de l’urbanisation du XXème siècle. Aujourd’hui, elles deviennent des lieux de promenades et elles offrent des îlots de fraîcheur. Ce qui était un reliquat, la rivière en ville, devient un lieu de potentiel en paysages et en biodiversité. Le premier jour, on marchera avec le directeur général du syndicat des eaux du Val-d’Oise qui va nous raconter la renaturation et la réouverture de ces espaces techniques, transformés en lieux de vie.

Il y a aussi les grands parcs urbains publics de Seine-Saint-Denis, créés dans les années 1970 pour offrir de la nature aux habitants carencés en espaces verts. Cette ligne 16 est aussi celle des grands parcs, ce qui offre un autre regard sur cette ligne. Le parc Georges Valbon est ainsi plus grand que Central Park et il va être accessible par cette ligne 16 depuis La Courneuve.

 Il y a aussi les forêts domaniales des Yvelines sur les sentiers à travers les espaces agricoles.

Ce parcours est enfin un moyen de valoriser le piéton. La marche est premier mode de transport en ville, c’est gratuit, universel, propre et bénéfique pour la santé. La pandémie a peut-être été à la marche ce que les grèves de 95 ont été pour le vélo.

 

Pour marcher sur le tracé des futures lignes du Grand Paris Express et réfléchir à la place des piétons dans la métropole, inscrivez-vous !

Balades urbaines
Friche culturelle du Kilowatt, près du chantier de la gare des Ardoines, ligne 15 sud. Jéromine Derigny pour Enlarge your Paris
Vianney Delourme