Stéphane Pourrier, co-directeur de l’agence TGTFP

Chaque semaine, et pendant tout l’été, la Société du Grand Paris donne la parole à un dirigeant de TPE et PME intervenant dans la conception ou la réalisation du Grand Paris Express. Aujourd'hui, interview de l’architecte urbaniste Stéphane Pourrier, co-directeur de l’agence TGTFP.

1 – POUVEZ-VOUS NOUS PRÉSENTER VOTRE SOCIÉTÉ ?

TGTFP est un collectif né au début des années 2000, issu de la rencontre entre un trio d’architectes, enseignants et chercheurs Treuttel, Garcias, Treuttel et de deux architectes, Laurent Fichou et moi-même, qui en assurons aujourd’hui la direction. L’agence compte actuellement une quinzaine d’architectes. Elle travaille sur des projets aux échelles et programmes extrêmement variés. Son champ d’action s’étend de l’étude territoriale au design d’objet et de la réalisation d’espaces publics aux projets architecturaux.

Les membres de l’agence ont la conviction qu’un projet ne peut s’élaborer sans comprendre précisément le substrat sur lequel il se développe. Pour nous, chaque projet porte les traces plus ou moins visibles d’un héritage, et en même temps, il doit ouvrir des perspectives pour demain.

Nous pensons également que le processus est aussi déterminant que la conception spatiale. Il est de la responsabilité de l’architecte de fédérer autour du projet et de construire le dialogue entre les acteurs : décideurs, techniciens, experts, usagers et citoyens. D’expérience, plus un projet est partagé, meilleures sont ses chances d’aboutir.

2 – QUELLES SONT VOS MISSIONS POUR LA RÉALISATION DU GRAND PARIS EXPRESS ?

Depuis 2016, nous assistons la Société du Grand Paris sur la définition des projet immobiliers associés aux gares des lignes 14 sud 15 Est . Concrètement, nous étudions la valorisation spatiale, économique et sociale des terrains acquis par la Société du Grand Paris pour réaliser les futures gares du Grand Paris Express. En résumé, nous aidons la maîtrise d’ouvrage à concevoir l’insertion urbaine et architecturale de chaque gare dans son contexte.

Concrètement, nous identifions les opportunités spatiales et programmatiques de chaque site, aussi bien en superstructure ou mitoyenneté des gares, que dans leur contexte élargi. Nous réalisons ensuite les faisabilités urbaines, architecturales et techniques afin d’assurer l’opérationnalité des projets. Nous ajustons les projets en fonction des échanges entre acteurs. Enfin, nous rédigeons les cahiers des charges qui orienteront les maîtres d’œuvres des nouvelles gares et des projets connexes.

3 – COMMENT AVEZ-VOUS TRAVERSÉ CES DERNIERS MOIS ?

L’arrêt des chantiers nous a naturellement contraints à recentrer la stratégie de l’agence pour éviter au maximum le chômage partiel. L’organisation en télétravail pendant le confinement nous a permis de continuer d’avancer les études en cours, quoique un peu ralenties. En revanche le pilotage de l’équipe, l’échange avec les partenaires et la gestion administrative ont été épuisants.

Nous avons donc expérimenté les bienfaits du télétravail mais aussi éprouvé ses limites dans un métier où l’échange collaboratif direct est primordial et où le contact humain reste irremplaçable.

4 – COMMENT ABORDEZ-VOUS LES PROCHAINS MOIS ?

Avec un mélange de fatalisme et de sérénité.

Depuis le déconfinement, nous avons embauché quatre collaborateurs pour répondre au surcroît de demande des clients, notamment la Société du Grand Paris. C’est plutôt rassurant pour l’immédiat. Nous savons néanmoins que personne ne connaît bien les répercussions de cette crise sanitaire et qu’une forte récession économique semble inéluctable. Malgré ça, nous sommes assez confiants pour l’avenir car nous pensons avoir une bonne faculté d’adaptation et une diversité de savoir-faire reconnue.

Au-delà de l’impact économique sur notre activité, cette période interroge plus profondément, sur les positions à tenir pour défendre une fabrication juste du cadre de vie commun, sur la recherche de l’essentiel, sur l’obligeance de l’homme face à la nature … Autant de thèmes qui fondaient déjà largement notre approche de la transformation des territoires sur lesquels nous intervenons.

Le propre de notre métier est de faire des projets, c’est-à-dire de tracer des trajectoires pour le futur en anticipant les évolutions sociétales, prévisibles ou non. À ce titre, l’architecte est sûrement bien armé pour contribuer aux promesses de renouvellement de sens, voire en être un des éclaireurs.

5 – UN MESSAGE QUE VOUS SOUHAITERIEZ PARTAGER AVEC TOUTES LES TPE ET PME QUI TRAVAILLENT ACTUELLEMENT SUR LE CHANTIER DU NOUVEAU MÉTRO ?

Pas de message, mais peut-être une pensée à partager. Celle de se rappeler que nous ne construisons pas simplement une exceptionnelle infrastructure, mais l’environnement quotidien de millions de gens pour des siècles. Une pensée stimulante, gratifiante, et qui peut aider à faire les bons choix lorsque l’immédiateté nous presse et nous aveugle.

Stéphane Pourrier, co-directeur de l’agence TGTFP