La pépinière Vives les Groues ! à Nanterre accueillera, le 26 novembre, les arbres qui feront respirer les parvis des 68 gares du futur métro. Ces Paulownia Tomentosa seront plantés et adoptés par des habitants des villes traversées par le nouveau réseau. Trois questions à Thierry Boutonnier, artiste à l'origine de cette l'œuvre "Appel d'Air" pour la Société du Grand Paris.

Comment cette opération « Appel d’Air », à la fois artistique et écologique, s’intègre-t-elle dans le projet du Grand Paris Express ?

Dans les métropoles, les gens n’ont généralement pas connaissance du nom des arbres, ni de leurs histoires. Très peu comprennent également le fonctionnement de la photosynthèse, de la respiration, du rôle du dioxyde de carbone… Les arbres sont malheureusement assujettis à un rôle de mobilier urbain, au lieu d’être considérés comme des êtres vivants. Tout l’enjeu de ce projet est donc de changer cette perception, ce qui, pour moi, passe par « le faire ensemble ». Lors de l’inauguration de la pépinière, les Franciliens ayant accepté de parrainer un arbre pourront y greffer leur souffle, par l’intermédiaire d’une sculpture de résine végétale apposée sur le tronc. Chaque Paulownia Tomentosa, qui favorisera l’amélioration de l’air du Grand Paris, sera alors le support de la parole des riverains à travers leur propre souffle. Je souhaite que les arbres et les forêts franciliennes aient une valeur aussi inestimable que les bouches de métro de Guimard.

En quoi votre projet « Appel d’Air » s’inscrit-il dans une démarche participative ?

La présence du Paulownia Tomentosa sur le parvis des 68 gares est une manière d’unifier toutes les stations du nouveau métro, tout en assumant l’hétérogénéité et la diversité apportées par les différentes villes concernées par le projet. Je ne conçois pas l’art comme un objet ou une forme qui orne un lieu donné. Ce qui m’intéresse, c’est effectivement une manière de faire et les rencontres que cela engendre. Les ateliers participatifs d’ « Appel d’Air » facilitent les échanges. On construit du commun ensemble. Ils reposent également sur les principes de partage des ressources et d’égalité. Nous sommes tous égaux en ce qui concerne l’accès aux ressources, comme l’air que nous respirons, mais nous sommes inégaux dans le rapport au foncier. Et c’est ici qu’intervient le futur métro…

Vous habitez à Lyon. Quel regard portez-vous sur le Grand Paris Express ?

En Île-de-France, certains mettent plus de deux heures pour se rendre au travail, ou bien cumulent deux emplois… Quel que soit le moyen utilisé, artistique ou non, il est de notre devoir de rendre plus agréable le quotidien des usagers des transports en commun, qui sont les nounous de nos enfants, les aides-soignants de nos retraités ou encore les agents de nettoyage des gares et aéroports que nous utilisons tous les jours. Il est important que leur bien-être passe avant tout et que les nouvelles gares ne soient pas uniquement prétextes à aménager des quartiers à forte plus-value foncière.

Pour en savoir plus sur le projet "Appel d'Air" et le parrainage d'un arbre du Grand Paris Express, cliquez ici

Thierry Boutonnier, artiste à l'origine de l'œuvre "Appel d'Air" pour la Société du Grand Paris