Interview de Jean-Claude Prager, directeur des études économiques de la Société du Grand Paris.

Le Grand Paris Express aura-t-il un impact économique aussi important qu’en matière de transport ?

Le Grand Paris Express est un projet exceptionnel par sa portée et ses conséquences économiques et sociales. L’infrastructure redessine en profondeur les mobilités en Ile-de-France car elle offrira des déplacements sûrs et rapides qui bouleverseront aussi bien la vie quotidienne que les trajets domicile-travail. Le futur métro favorisera l’égalité d’accès de tous aux zones d’emploi et de formation ; à terme, 90 % des franciliens habiteront à moins de 2 km d’une gare. Ces nouvelles mobilités vont produire des effets considérables pour la productivité des entreprises, ce que l’on appelle les effets d’agglomération, ainsi que sur la fluidité du marché du travail et sur l’attractivité renouvelée de la métropole. Ainsi, le Grand Paris Express aura un impact majeur sur la croissance et l’on évalue à près de 70 milliards d’euros ses avantages économiques induits.

Concrètement, combien d’emplois vont-ils être créés par cet investissement ?

Il est important de rappeler que l’investissement est presque entièrement financé par les franciliens et que c’est un projet qui s’inscrit dans une dynamique de relance de la compétitivité nationale. Les effets de la réalisation du futur métro concernent d’abord l’activité économique générée par le chantier du Grand Paris Express proprement dit. Les travaux seront réalisés en continu et à plusieurs endroits en même temps ce qui générera 15 à 20 000 emplois directs et non délocalisables par an dans les travaux publics, les industries ferroviaires et le bâtiment.

Il y a les emplois directement liés aux travaux, mais l’infrastructure en fonctionnement génèrera-t-elle des emplois ?

Pour le seul secteur des travaux publics, un milliard d’euros de travaux représente environ 10 000 emplois et pour la filière ferroviaire, qu’il s’agisse des matériels roulants ou d’équipements de voies, quelques 6 000 emplois pourront être créés au bénéfice de nombreuses régions françaises. Au-delà de ces emplois directement liés aux travaux, l’arrivée du Grand Paris Express permettra de créer entre 115 et 315 000 emplois en plus de ceux créés par l’évolution naturelle de la région. Il faut aussi noter les effets positifs immédiats liés aux anticipations des acteurs économiques qui investissent dès aujourd’hui parce que le Grand Paris Express ouvre des perspectives pour demain.

A terme, le projet est-il rentable ?

Indéniablement, oui ! La rentabilité socio-économique de ce projet et sa dimension contra-cyclique font de cet investissement un des plus rentables de ce début de siècle. Les gains de temps et de confort des usagers, les gains liés à une urbanisation plus dense, les gains de productivité pour les entreprises et les retombées économiques des emplois nouveaux créés permettent d’estimer la rentabilité de l’investissement autour de 8 %. Le conseil scientifique de la SGP, présidé par Jacques-François Thisse, professeur à l’Université catholique de Louvain, et composé de 10 économistes français et internationaux reconnus et totalement indépendants, a d’ailleurs considéré ces évaluations comme raisonnables.

En savoir plus sur le conseil scientifique de la SGP