dsc_8394.jpg

Dans la cabine de pilotage du tunnelier Steffie-Orbival

Le 3 avril, le premier tunnelier du Grand Paris Express a commencé le creusement effectif de la ligne 15 Sud à partir du puits de Champigny Plateau. Au cours de sa progression, qui se fera à plus de 25 mètres de profondeur, il va parcourir 2 178 mètres pour ressortir à Villiers-sur-Marne. 

Après son baptême et la descente de sa roue de coupe le 3 février, le tunnelier Steffie-Orbival est entré dans le vif du sujet. Deux mois après, cette machine à creuser enfin reconstituée pose les premiers voussoirs, éléments en béton armé qui composent le revêtement du tunnel. Au total, quelque 150 000 voussoirs, préfabriqués dans cinq usines de production différentes,  seront utilisés pour construire les 33 kilomètres de la ligne 15 Sud. 

Un chantier aussi grand que celui d'une gare...

Comme tous les chantiers de puits de départ de tunnelier, le puits Champigny Plateau est aussi étendu que celui d'une gare car il accueille tous les équipements nécessaires au creusement du tunnel et au bon fonctionnement du tunnelier. Les voussoirs sont stockés à côté du puits et descendus au fur et à mesure de la progression de la machine. Une fosse à déblais recueille les terres issues du creusement évacuées par le tunnelier.
 

Une mécanique bien huilée

Véritable "train usine", qui mesure plus de 100 mètres de long et 10 mètres de large, le tunnelier a une triple action : tout en creusant, il évacue les déblais et pose les voussoirs qui forment les parois du tunnel. Les terres provenant du creusement sont extraites par une vis sans fin, puis remontées à la surface par un convoyeur à bande situé à l'intérieur du train suiveur. Les voussoirs empruntent le chemin inverse : le berceau du tunnelier, qui passe sous la cabine de pilotage, les conduit vers un érecteur, situé à l'arrière de la roue de coupe, chargé de les poser afin de former le nouveau revêtement du tunnel. Ainsi, le vide créé par le creusement est aussitôt comblé par la pose d'un anneau, composé de sept voussoirs, un système qui garantit un soutien permanent du tunnel.

Engin tout terrain

Pour construire ce premier tunnel, Steffie-Orbival va parcourir 2 178 mètres, en progressant au rythme de 12 mètres par jour. Sur son chemin, le tunnelier va rencontrer des difficultés liées au tracé et à la nature des sols qu'il va traverser. Une courbe et surtout un dénivelé important entre le point de départ, situé à 20 mètres de profondeur, et le point d'arrivée, situé à 30 mètres, vont augmenter le niveau de complexité du creusement. Composé de différents types de roches (argile verte, calcaire, sable...), le terrain va également rendre le forage et l'excavation plus difficiles. En fin de parcours, le tunnelier doit aussi passer sous une portion de la ligne du RER E, puis la longer, une opération délicate qui requiert une vigilance accrue.


Découvrez en images les coulisses des premiers pas de Steffie-Orbival, le premier tunnelier du Grand Paris Express :
 

dsc_8342.jpg

Stockés à proximité du puits du chantier Champigny Plateau, les voussoirs y sont descendus au fur et à mesure de la progression du tunnelier

dsc_8348.jpg

Sur le chantier, la fosse à déblais accueille les terres issues du creusement par le tunnelier, avant leur traitement et leur acheminement

dsc_8354.jpg

Près de 150 000 voussoirs, blocs de béton armés qui constituent la paroi des tunnels, seront nécessaires pour construire les 33 km de la ligne 15 Sud

dsc_8467.jpg

Train suiveur situé à l'arrière du tunnelier dans le puits de départ. A terme, il mesurera près de 100 mètres de long.

km_-_joubert.jpg

La roue de coupe du tunnelier, munie de molettes de coupe et de pics de tungstène, se rapproche de l'entrée du futur tunnel

dsc_8448.jpg

A partir de sa cabine, face à plusieurs écrans, le pilote du tunnelier gère la trajectoire de la machine et le bon déroulement du creusement du tunnel

dsc_8470.jpg

Le tunnelier s'apprête à poser les premiers voussoirs et à creuser les premiers mètres de tunnel