Après plusieurs années de chômage, Hugo encadre une équipe logistique sur un chantier du Grand Paris Express.

Il y a un an et demi, Hugo arrivait en France. Deux années de chômage l'avaient conduit à quitter son pays, le Portugal. Il ne parlait alors pas un mot de français. Aujourd'hui, à 23 ans, il encadre une équipe logistique sur le chantier de la gare Noisy - Champs. Hugo fait partie des bénéficiaires de la politique volontariste initiée par la Société du Grand Paris en faveur des personnes en difficulté sur le marché de l'emploi. Dans ses marchés, une clause garantit que 5% des emplois créés par les chantiers sont réservés aux personnes éloignées du marché du travail.

À son arrivée en France, le jeune homme a intégré une association affiliée à Emmaüs, Val de Brie Insertion. "Certaines personnes, au-delà même de leur situation de chômage, doivent affronter bien d'autres problèmes liés à la santé, au logement ou la monoparentalité", explique-t-on du côté de la structure d'insertion. "Dès que l'on entre dans cette spirale, il devient très compliqué de s'en sortir."

Hugo a fait ses premières expériences en travaillant dans la peinture en bâtiment, les espaces verts ou le déménagement. Avant de débarquer sur le chantier du Grand Paris Express où il y officie aujourd'hui comme encadrant.

Afin de sanctionner par un diplôme les compétences techniques acquises sur le chantier, Hugo entame, en parallèle, une formation d'encadrant. Dans un an, il quittera l'association. Mais désormais armé de compétences et bientôt d'un diplôme, il perçoit devant lui un horizon dégagé.