hackathon_.jpg

Au grand complet, l'équipe Ex-It finalise son application mobile dédiée aux personnes à mobilité réduite

À quelques heures de la restitution des travaux de ce premier hackathon consacré au Grand Paris Express, les projets des étudiants de l'Estiam prennent forme...

Ambiance studieuse pour les 90 étudiants de l'Estiam, école d'informatique et du numérique à Paris, qui ont pris leurs quartiers à la Fabrique du métro, à Saint-Ouen, depuis le début de la semaine. Divisés en 16 groupes, ils se sont emparés des données d'une maquette BIM d'une gare du Grand Paris Express. Dans cette dernière ligne droite, certains affinent leurs projets, d'autres ont déjà eu le temps de réaliser la version bêta d'une application mobile conçue pour les usagers des transports en commun. C'est par exemple le cas de la team Metrolab qui s'est penchée sur l'accès à l'information des voyageurs en cas de colis suspect, de malaise voyageur ou autre incident dans une gare en imaginant "Metroliner", une application mobile répondant à cette problématique.

Mobilité collaborative

Avec "Comobilité", solution dédiée aux personnes à mobilité réduite, l'équipe Ex-It se lance pour sa part dans le développement d'une application mobile. "Nous souhaitons faciliter les trajets des personnes handicapées qui, parfois, n'osent pas sortir de chez elles à cause des difficultés qu'elles rencontrent dans les gares", explique Samir. "L'application Comobilité est un service d'entraide et de mise en relation de voyageurs, valides et invalides, quel que soit leur trajet sur le réseau ferroviaire"Un projet qui répond à l'un des objectifs de travail fournis par la Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités, partenaire de l'évènement, à savoir l'optimisation des déplacements dans une gare et l'amélioration du parcours client via un smartphone.

Le confort avant tout

Eux-mêmes usagers des transports en commun, ces étudiants n'ont pas eu à réfléchir bien longtemps pour concevoir des solutions visant à améliorer leur propre confort dans le nouveau métro. "Dans un train, il y a souvent des wagons vides et des wagons pleins à craquer, ces derniers correspondant généralement à des sorties, souvent situées en bout de quai", constate le porte-parole de l'équipe Looney Tunes. "En partant du principe que certains voyageurs privilégient le fait d'être confortablement installés, nous avons eu l'idée de créer une application mobile qui leur indique la place disponible dans chaque wagon, afin qu'ils soient répartis de façon plus équitable." L'installation de capteurs de mouvements et de chaleur, de purificateurs d'air et ou encore de diffuseurs d'odeurs artificielles qui se déclenchent en fonction des besoins est également évoquée par plusieurs groupes de travail.

À l'inverse, certains étudiants préfèrent plancher sur un autre enjeu majeur de ce hackathon : tester des cas d’usages de la valorisation des données d'une gare afin d'améliorer également la performance et le bilan économique des services. Dans ce cadre, plusieurs pistes sont explorées : la maintenance prédictive des installations, l’acquisition et le traitement de data pour contrôler la gestion des équipements et assurer le suivi de contrat des exploitants, la collecte et l’analyse de données wifi, tels que les mots-clés tapés sur les moteurs de recherche, pour dégager les intérêts des voyageurs et leur proposer des services plus ciblés en gare, la sécurisation des flux de données... 

Et si l'enjeu est d'importance aux yeux des organisateurs de cet événement, Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités, et des partenaires industriels de la manifestation, AAB et Schneider Electrics, il est loin d'être mince pour les élèves de l'Estiam : le hackathon permettra de valider leur semestre. Il reste une poignée d'heures pour rendre la copie.