À Chelles, les terres excavées d’un tunnelier vont contribuer à la réalisation d’un parc paysager. Une fois extraits, les déblais sont acheminés directement sur le site du Sempin par le biais d’un tapis convoyeur. Une opération unique sur le chantier du Grand Paris Express.

Une partie de la bande convoyeuse qui achemine les déblais de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express à la Plaine du Sempin à Chelles

Suite à un partenariat conclu en 2016 entre la Société du Grand Paris et la Société d’aménagement foncier et d’établissement rural de l’Île-de-France (Safer), les déblais produits par le tunnelier Mireille contribueront à la réalisation d’un parc paysager urbain, La Plaine du Sempin, situé à la frontière de Chelles (77) et à Montfermeil (93). Le train-usine, lancé le 20 avril, creuse actuellement un tronçon de 5,3 km de tunnel sur la ligne 16, entre l’ouvrage Bel-Air à Chelles et l’ouvrage Mare au Chanvre à Sevran.

Ancienne carrière de gypse, le site du Sempin nécessite d’être stabilisé par le remblaiement de ses galeries souterraines et remodelé en surface. Pour ce remodelage, la Safer, propriétaire du terrain et maître d’ouvrage, en partenariat avec ECT pour la réalisation des travaux, utilise ainsi les déblais du Grand Paris Express extraits sur la commune de Chelles.

Des conditions de gestion et de valorisation des déblais exceptionnelles associées au tunnelier Mireille

La combinaison exceptionnelle de plusieurs paramètres rend possible la valorisation de ces déblais et leur acheminement en circuit court :

  • La proximité de l’ouvrage Bel-Air, puits de départ du tunnelier situé à seulement 800 m du site du Sempin, a facilité l’installation de la bande convoyeuse de 1,4 km de long entre le chantier et l’exutoire des déblais ;
  • Temporairement stockées dans neuf bacs à déblais, les terres excavées par le tunnelier sont triées et caractérisées directement sur le chantier avant d’être acheminés par le tapis convoyeur vers le site du Sempin ;
  • Les terres excavées proviennent de couches géologiques identiques à celles de l’ancienne carrière, et sont donc compatibles avec l’environnement dans lequel elles vont être utilisées.

Une solution écoresponsable

Sur le plan logistique, la mise en place du tapis convoyeur évite d’avoir recours aux camions pour l’acheminement des déblais. En plus d’être écoresponsable, cette alternative à la route génère moins de nuisances pour les riverains.

La valorisation des terres excavées issues de l’ouvrage Bel-Air est rendue possible par la nature de ces déblais, extraits lors du creusement par le tunnelier dans les formations gypseuses des sous-sols de la butte de Clichy-Montfermeil, dont le fond géochimique est compatible avec celui du site du Sempin, ancienne carrière de gypse.

Au total, le tunnelier Mireille va excaver 390 000 m3 de terre, sur plus d’1 millions m3 nécessaires au projet de création du parc paysager. À ces déblais viendront s’ajouter une partie de ceux provenant du tunnelier Houda, qui creuse actuellement une autre portion du tunnel de la ligne 16 entre l’ouvrage Europe à Aulnay-sous-Bois et l’ouvrage Mare au Chanvre à Sevran, et ceux d’autres ouvrages de la ligne. Ils seront, quant à eux, acheminés par camions.

Découvrez en images le parcours des déblais du chantier de l’ouvrage Bel-Air à la Plaine du Sempin :

Fond du puits de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express à Chelles
Au fond du puits, les terres excavées par Mireille sont acheminées par un tapis convoyeur depuis la chambre d’abattage du tunnelier jusqu’au convoyeur vertical. La longueur du tapis est allongée au fur et à mesure de la progression du creusement du tunnel
Vue du convoyeur vertical qui achemine les terres excavées en surface du chantier de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express
Les déblais excavés remontent ensuite le long du convoyeur vertical vers la surface du chantier
Convoyeur de surface pour l'acheminement des déblais sur le chantier de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express
Au bout du convoyeur vertical, les déblais tombent dans une trémie, puis poursuivent leur parcours sur le convoyeur de surface
Jonction entre les deux convoyeurs de surface sur le chantier de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express
Jonction entre les deux convoyeurs de surface sur le chantier de l’ouvrage Bel-Air
Un engin de chantier dépose les déblais sur le tapis convoyeur menant à la Plaine du Sempin
Le convoyeur de surface achemine les terres excavées vers les bacs à déblais. Après leur caractérisation, ils sont transvasés sur le convoyeur secondaire menant à la Plaine de Sempin par un engin réalisé sur mesure et pouvant atteindre 8 m de profondeur
Vue aérienne du chantier de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express
Vue aérienne du chantier de l’ouvrage Bel-Air à Chelles avec le convoyeur de surface menant aux bacs à déblais (à gauche) et le convoyeur secondaire menant à la Plaine de Sempin (à droite)
Vue en surface du chantier de l'ouvrage Bel-Air du Grand Paris Express
Le convoyeur secondaire (à gauche) quitte la zone du chantier…
Hors du chantier, une partie de la bande convoyeuse qui achemine les déblais vers la Plaine du Sempin
… pour continuer vers la Plaine du Sempin
Extrémité de la bande convoyeuse sur la Plaine du Sempin
Arrivée des terres excavées sur leur lieu de stockage, la Plaine du Sempin. Spécialisés dans la valorisation des terres inertes excavées et les aménagements d’espaces verts, l’entreprise ECT se charge du réaménagement de ce site en deshérence
Plaine du Sempin, ancienne carrière de gypse
La Plaine du Sempin sera transformée en parc paysager comprenant notamment 10 ha de milieux naturels ouverts dont 5 ha de prairies récréatives, un verger, une zone humide et 8 ha de zones reboisées, des belvédères et cheminements
Vue projetée de la Plaine du Sempin après aménagement
Vue projetée du site après aménagement