Quatre expérimentations sur le mobilier urbain et la sécurité sont déployées pendant six mois sur l’esplanade Jean-Moulin, à Bobigny. À terme, ces innovations pourraient prendre place aux abords des futures gares du Grand Paris Express.

Une nouvelle série d’expérimentations préfigurant les espaces publics autour des gares du nouveau métro vient d’être lancée. Cette fois-ci, la Société du Grand Paris et Île-de-France Mobilités en partenariat avec l’Association des Maires d’Île-de-France ont choisi pour thème « le mobilier urbain et la sécurité sur les places du Grand Paris. » Les quatre lauréats ont déployé leurs propositions sur l’esplanade Jean-Moulin de Bobigny à proximité immédiate de la future gare de Bobigny Pablo Picasso de la ligne 15 Est. Avec un point commun : ces mobiliers urbains intègrent des fonctions qui vont bien au-delà  de leur usage anti-bélier.  

La solution EMC²

Sur ce mobilier créé par AREP / Cronos, vous croyez deviner les lignes dessinant les strates géologiques ? Pas du tout, ce béton est en réalité le fruit du recyclage de matériaux.  Les socles des bancs et des sièges sont composés de granulats issus de chantiers de démolition ou de terrassement. Même la teinte est composée à partir de la terre crue des chantiers ! Pareil pour le bois composant l’assise. « Tous ceux qui squattaient les marches du monument aux morts se déportent désormais sur le nouveau mobilier », notent les habitués du quartier. Un ensemble vraiment écolo donc... Même le graffito déposé est de couleur verte !

La solution CityMur Protect

C’est un fait désormais établi : la nature sécurise nos villes. Face au réchauffement climatique, elle représente d’idéals îlots de fraîcheur. C’est ainsi que la société Citeflor a aménagé ce mobilier largement végétalisé. Alimentés par des bacs à eau, les végétaux n’ont besoin que d’un seul arrosage par an. L’été, la végétation protège les utilisateurs des bancs et sièges. Et l’hiver, les feuilles étant tombées, chacun peut profiter des précieux rayons de soleil qui réchauffent. L’ensemble est entièrement modulable. Reste à patienter jusqu’au printemps pour profiter du jasmin dont l’odeur embaumera toute l’esplanade…

La solution Urban Megaliths

Serait-ce l’architecture de l’esplanade qui a inspiré le style de ce mobilier ? C’est avec une signature brutaliste  assumée qu’ont été conçus un banc, des sièges, une jardinière et même un parking à vélos. Tout un travail de ferraillage a permis de solidifier la structure. Le béton est issu de granulats recyclés. Il est de teinte sombre, en harmonie avec l’aménagement de l’espace environnant.

La solution Les mots protègent

Très jeune, on apprend qu’il ne faut pas écrire de gros mots… C’est contre cette idée reçue que l’Agence Michel Tortel s’est élevée. Elle a érigé d’énormes lettres en béton qui composent le mot « ENTREE ». Légèrement inclinées, ces lettres représentent une signalétique bien visible. Au-delà de l’utilité pratique, c’est une forme de poésie qui peut s’inviter dans le quotidien. L’idée première de son concepteur était d’ailleurs d’écrire… « AMOUR ». Des gros mots qui donnent envie de lire.

Toutes ces expérimentations appartiennent pleinement au paysage de l’esplanade. Les habitants vont-ils se les approprier ? Ce mobilier va-t-il joliment se patiner ou vieillir difficilement ? Rendez-vous au printemps pour évaluer les résultats. En attendant, allez les tester !