À Saint-Denis, le quartier Pleyel s'apprête à changer de visage. Le samedi 21 septembre, dans le cadre de sa journée portes ouvertes, la Fabrique du métro y a organisé une balade urbaine, en partenariat avec Seine-Saint-Denis Tourisme. Une occasion unique de revenir sur l'histoire et l'avenir de ce territoire, et de découvrir le chantier de la future gare du Grand Paris Express.

Cette balade urbaine débute à deux pas de la tour Pleyel, bâtiment emblématique de la ville de Saint-Denis.  Les promeneurs sont accompagnés par un membre de l'association Mémoire Vivante de la Plaine et de Nicolas Pierrot, un historien conservateur de la Région Île-de-France. Ce dernier précise que l'édifice a été construit entre 1970 et 1973 et qu'il sera transformé en résidence hotelière d'ici à 2022. Deux ans plus tard, il sera entouré d'un pont imposant, d'un immense complexe immobilier, d'une nouvelle gare et même d'un village olympique. 

En pleine mutation, ce quartier sera intégralement redessiné, résultat de la concrétisation d'un ambitieux projet urbain global avec, pour centre névralgique, la gare Saint-Denis Pleyel. Pôle stratégique du réseau,  elle a été dessinée par l'architecte japonais Kengo Kuma. Elle sera desservie par pas moins de quatre lignes de métro (lignes 14, 15, 16 et 17)  qui viendront renforcer la ligne 13. 

Le chantier de la future gare, la plus grande du réseau du Grand Paris Express, se situe à 250 mètres de là. La plus grande, mais aussi la plus fréquentée puisque comparable à Châtelet en termes d'affluence. Elle sera également la plus interconnectée, en étant la seule à être desservie par quatre lignes du nouveau métro. Elle sera aussi reliée au réseau existant par la ligne 14 et le RER D, dont la gare sera accessible grâce au Franchissement Pleyel qui favorisera les mobilités douces.

Sur le toit de la base vie, deux représentants de l'entreprise Eiffage, mandataire du groupement de génie civil, expliquent notamment la technique de creusement des parois moulées de la boîte gare, actuellement en cours de construction. Au total, trois tunneliers traverseront le chantier pendant la durée des travaux.

Après le chantier, place aux Jeux ! On se dirige vers l’Ecoquartier Universeine, friche industrielle de 6 hectares qui accueillera le futur village olympique et paralympique, en présence d'un membre de la Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (Solidéo). Situés à proximité de la Cité du cinéma, qui se transformera pour l'occasion en restaurant des athlètes, ces différents bâtiments industriels abriteront 5 800 des 17 000 lits nécessaires. Après les Jeux Olympiques, ils seront reconvertis en logements familiaux, bureaux, résidences étudiantes et commerces.

Cette ancienne centrale thermique sera reconvertie en "place olympique" où les athlètes réceptionneront leurs médailles et recevront leur famille. Elle sera aussi un lieu de rencontre entre les délégations et les médias. 

Après une courte halte au château de Saint-Ouen, la balade se termine au sein de l'écoquartier des Docks, à la Fabrique du métro, avec la découverte des coulisses du Grand Paris Express grâce à l'exposition consacrée aux tunnels et aux tunneliers.