Les premières mises en service du nouveau métro seront effectives en 2024. Elles amélioreront le quotidien de millions de Franciliens grâce à des temps de parcours considérablement raccourcis.

Réseau en rocade composé de quatre nouvelles lignes de métro,  et du prolongement de la ligne 14, le Grand Paris Express sera réalisé dans son intégralité à l’horizon 2030. Mais en 2024, plusieurs tronçons seront mis en service, principalement au nord et au sud de la métropole, zones qui concernent les lignes supportant un flux important de passagers.

Ligne 15 Sud

Longue de 33 kilomètres, la ligne 15 Sud reliera le Pont de Sèvres à Noisy – Champs. Elle permettra une liaison transversale entre les territoires sud de Paris, évitant ainsi aux Franciliens de faire un détour aujourd’hui quasiment systématique par la capitale. Le 3 février dernier, le lancement du premier tunnelier du Grand Paris Express, qui commencera à creuser fin mars à Champigny-sur-Marne, a marqué une étape importante dans l’avancée des travaux de cette ligne, dont la quasi-totalité des gares sont en phase de génie civil. C’est aussi sur cette ligne que se situe la gare la plus profonde du nouveau métro, celle de Saint-Maur – Créteil, dont les quais se situent à 51 mètres sous la surface du sol. 

Ligne 14

Le tronçon sud de la ligne 14 permettra un accès plus direct à l’aéroport d’Orly, que l’on pourra rejoindre en seize minutes à partir de la station Olympiades. Il desservira des équipements majeurs de la métropole, comme le centre hospitalier universitaire du Kremlin-Bicêtre, le marché de Rungis et l’institut Gustave-Roussy à Villejuif, où une correspondance avec la ligne 15 Sud sera possible.

La ligne 14 sera également prolongée au nord, jusqu’à Mairie de Saint-Ouen. Un prolongement dont la maîtrise d’ouvrage est confiée à Île-de-France Mobilités et à la RATP et financé à hauteur de 55% par la Société du Grand Paris.

 

Ligne 16

Le président de la République Emmanuel Macron avait confirmé l’arrivée du nouveau métro à Clichy-sous-Bois, lors d’une visite le 13 novembre dernier. Levier majeur de développement économique et de rééquilibrage des territoires, la ligne 16 partira de la gare Saint-Denis Pleyel pour s’étendre jusqu’à la gare Clichy – Montfermeil à l’horizon 2024. Pour se rendre sur les principaux sites de la métropole, les habitants de cette commune verront leur temps de parcours divisés par deux et, par conséquent, une offre d’emplois multipliée par dix. Les travaux préparatoires ont d’ores et déjà débuté dans toutes les gares traversées par cette ligne, qui rejoindra la ligne 15 Sud à Noisy – Champs en 2030.

Objectif Jeux

En 2024, Paris accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques et la réalisation du nouveau métro avait été l’un des principaux atouts de la candidature de la ville. Les nouvelles lignes desserviront plusieurs sites olympiques, dont le village officiel situé à proximité de la gare Saint-Denis Pleyel.  Nœud de transports stratégique, celle-ci sera au croisement de la ligne 14, qui assurera une desserte directe jusqu’à l’aéroport d’Orly, et des lignes 16 et 17, dont le tronçon commun desservira la gare La Courneuve Six-Route, près de laquelle se dérouleront les épreuves de Waterpolo. La gare Saint-Denis Pleyel permettra également un accès facilité au centre aquatique et surtout au Stade de France, où auront lieu les cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que les épreuves d’athlétisme. Autre point névralgique des JO : Le Bourget. Ses trois arènes temporaires, situées près de l’aéroport, accueilleront le village des médias et plusieurs disciplines (badminton, volleyball, tir). Ce site sera desservi par la ligne 17 du Grand Paris Express dès 2024, si la faisabilité technique le permet.

En attendant la mise en service de l’intégralité du réseau du Grand Paris Express en 2030, plusieurs tronçons seront mis en service en 2027 : celui de la ligne 17, allant de la gare Le Bourget Aéroport au Triangle de Gonesse, et le tronçon nord de la ligne 18, qui reliera la gare aérienne CEA Saint-Aubin, située à proximité du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Saclay, à l’aéroport d’Orly.