Une architecture industrielle durable

Mis à jour :

Face aux enjeux multiples des centres techniques du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris a mis en place, pour chacun de ses centres, une démarche plurielle afin d’insérer ces bâtiments au plus près de leur environnement.

La démarche commence par la constitution d’un programme propre à chaque centre technique retenu. Ce programme prend en compte les caractéristiques du centre technique, la nature des activités qui y seront menées et les contraintes particulières du territoire.

Chaque centre est ensuite conçu par un maître d’œuvre spécifique, qui allie conception technique et architecturale, intégrant les réflexions relatives à l’ergonomie et au développement durable.

Deux chartes à caractère transversal ont été établies, pour garantir la cohérence globale entre les centres : la charte architecturale, urbaine et paysagère des centres techniques et la charte signalétique.

Valoriser une architecture industrielle durable

Consciente que le marquage architectural et l’intégration urbaine du réseau de transport public du Grand Paris passent tant par les gares que par les centres techniques de production industrielle, la Société du Grand Paris a initialisé, dès le début de sa mission, une réflexion sur l’architecture des espaces du futur réseau de transport. Cette volonté s’est traduite par l’élaboration de chartes architecturales, l’une relative aux gares du Grand Paris, l’autre concernant les centres techniques nécessaires à l’exploitation du nouveau réseau.

La charte architecturale, urbaine et paysagère des centres techniques a pour objectif d’accompagner les études de conception spécifique à chaque site, en assurant une cohérence harmonieuse entre les centres, leurs fonctionnalités et leurs caractéristiques environnementales.

BARTON WILLMORE INTERNATIONAL

Exprimer la fonctionnalité, la capacité et l’intelligibilité

L’expression architecturale des centres techniques traduit à la fois la fonctionnalité, la capacité et l’intelligibilité des projets tout en mettant en exergue le rôle des centres techniques dans le réseau. Ceux-ci doivent également refléter l’innovation du Grand Paris Express, être éco-conçus et mettre en scène le concept d’usine « expressive », capable à la fois de s’intégrer à son environnement et de valoriser le travail du personnel.

Le concept retenu pour exprimer la qualité des centres techniques du Grand Paris Express s’appuie sur la notion de « mécanique de précision » attachée au domaine de l’horlogerie. À cette approche transversale s’ajoute la notion « d’innovation, de rapidité et d’efficacité ». Elle constitue le fil conducteur de la charte qui se décline en 5 thèmes, et qui vise à faire des centres techniques du Grand Paris Express des emblèmes de l’activité industrielle du XXIe siècle.

BARTON WILLMORE INTERNATIONAL

BARTON WILLMORE INTERNATIONAL

Par l’échelle de leurs emprises et par la nature de leur activité, la conception des centres techniques représente un formidable enjeu environnemental tant dans leur imbrication dans le territoire, que dans leur réalisation et leur exploitation future.

Une démarche de management environnemental accompagne les études de conception pour répondre au mieux aux éléments naturels du site. Le vent, le soleil, l’eau mais aussi les sons, les vues, les sources lumineuses composeront une architecture responsable et durable.

Il s’agit d’optimiser la consommation et la valorisation des énergies, comme de maîtriser les impacts potentiels de ces centres (bruits et vibrations des trains et des ateliers, éclairage nocturne du site, gestion des déchets et cycle de vie des équipements).

Insertion urbaine et paysagère

La conception des centres techniques s’attachera également à une insertion urbaine et paysagère réussie, rendue possible en considérant l’échelle, les atouts et les contraintes environnementales des territoires.

Les traitements de l’enveloppe, de la toiture et des façades représentent les composantes principales de l’écrin que constitue le bâtiment industriel. C’est ici que les notions d’objet précieux, de noblesse des matériaux, de finesse et de qualité doivent être les plus visibles. C’est aussi l’occasion de promouvoir l’industrialisation de la conception et de la réalisation et d’anticiper la flexibilité des usages.

L’ensemble des volumes, leur organisation et les matériaux seront en cohérence tout à la fois avec le procès industriel, l’architecture globale et l’aménagement du site.

Chaque composant sera aussi l’un des vecteurs de la gestion des ressources énergétiques et, par conséquent, non seulement du coût d’exploitation du site mais du confort de ses travailleurs.

Les espaces d’accueil devront être conçus comme un point d’ancrage avec l’extérieur, une interface soignée et discrète entre l’environnement urbain et l’outil industriel. À l’image des cadrans de montre et des horloges, un élément simple et épuré mettant l’accent sur la lisibilité des fonctionnalités des sites et les points de repères « naturels ».

Les cheminements sont pensés jusqu’aux parcours visiteurs, qui doivent, quant à eux, mettre en scène l’activité industrielle, l’efficacité des installations et les qualités fonctionnelles et durables de l’architecture et du site.

Les espaces intérieurs visent à traduire la capacité des centres à intégrer une innovation technique sans cesse renouvelée, à l’instar des stands de Formule 1, les « Pit stops ». Ils mettront en scène le caractère systémique du processus industriel en mettant en valeur les structures des équipements et le matériel roulant. Le traitement des espaces intérieurs devra, aussi, générer le bien-être et la santé au travail, traduire la notion de convivialité sans l’opposer à celles de l’efficacité et de la sécurité.

Une charte élaborée par Barton Willmore International…

En 2012, le groupement Barton Willmore International / BETCI a été missionné pour élaborer la charte architecturale, urbaine et paysagère des centres techniques du Grand Paris Express.

La démarche riche et continue adoptée pour la conception des centres techniques ne saurait aboutir sans une collaboration étroite avec les partenaires locaux. Au-delà d’une simple insertion urbaine et paysagère, les centres techniques du Grand Paris Express se veulent être de véritables leviers de développement de territoires aujourd’hui en pleine mutation.

Ainsi, au cours de l’élaboration de la charte architecturale, urbaine et paysagère, Barton Willmore International a travaillé en concertation avec l’ensemble des acteurs des territoires du Grand Paris concernés par l’implantation des centres techniques, en organisant des ateliers thématiques sur la « perception », le « ressenti » et la « représentation » de ces lieux.

Amorces et figures de proue du renouvellement urbain accompagnant le futur réseau de transport public du Grand Paris, les centres techniques bâtissent avec leur territoire.

… déclinée sur chaque centre technique

Le contexte urbain et paysager joue un rôle essentiel dans l’intégration et l’interaction des centres techniques du Grand Paris Express avec leur environnement. De ce fait, chacun des projets présente des caractéristiques propres et adaptées à son contexte.

De grandes envergures, les centres techniques du Grand Paris Express s’inscrivent dans des environnements urbains, sociaux, environnementaux très variés, pouvant aller du tissu urbain dense à la plaine agricole, en passant par des zones industrielles et aéroportuaires. L’enjeu d’intégration appelle à créer une architecture industrielle nouvelle génération, édifiée en cohérence avec le contexte d’accueil.

C’est cette nécessité d’intégration qui ressort de la charte architecturale, urbaine et paysagère mise en œuvre par la Société du Grand Paris. La charte, qui souligne principalement les éléments transversaux propres au réseau et aux centres techniques, est un outil évolutif qui intègre également les différents apports des phases de conception de chaque projet.