Un parcours facile, de la ville aux trains

Mis à jour :

Une gare est avant tout un parcours qui relie des trains aux espaces publics de la ville et à d’autres moyens de transport.

La conception des gares du Grand Paris cherche à suivre un modèle d’organisation efficace, adapté aux caractéristiques particulières du réseau. Ce modèle a pour objectif la desserte d’environnements urbains contrastés : certains quartiers constitués et denses imposent de fortes contraintes d’insertion de la gare, d’autres territoires en devenir pourront faire l’objet d’un nouvel aménagement avec l’arrivée de la gare.

La majorité des gares sont souterraines, ce qui permet de réduire au maximum les nuisances liées au forage, mais implique de traiter avec une grande attention le parcours conduisant aux trains.
Enfin, ce modèle est aussi voué à optimiser l’intégration du nouveau réseau au réseau de transport collectif existant : RER, Transilien ou métro, avec la nécessité d’organiser au mieux les échanges d’un mode à un autre, en réduisant au maximum le nombre de couloirs à parcourir.

Les gares du Grand Paris seront ainsi des équipements émergents, compacts et ouverts sur la ville. Un bâtiment, prenant place sur un parvis, concentre généralement l’ensemble des accès. C’est un nouveau repère pour les territoires desservis, qui offre un usage immédiat et pratique de toutes les fonctions d’un réseau moderne (accueil, information, vente de billets, commerces…).

L’accès aux quais, souterrains ou aériens, se fait par des cheminements qui sont lisibles, directs et intuitifs. Les cheminements offrent les meilleures conditions d’accessibilité, notamment pour les personnes ayant des difficultés à se déplacer, avec la présence d’escaliers mécaniques et d’ascenseurs en nombre adapté. L’espace propose un environnement sécurisé et apaisant. L’évidence des parcours facilite les échanges entre modes de transports collectifs, partagés ou individuels (marche, vélo…).

La description du parcours

 

  • Les abords / le parvis

Le parvis annonce la gare et organise les liaisons avec l’ensemble des mobilités urbaines : tramway, bus, vélos, etc. Si le traitement de l’espace public est spécifique à chaque environnement urbain, certains éléments pourront être partagés par l’ensemble des gares pour signifier la présence du métro dans la ville.

 

 

 

  • L’émergence de la gare

emergence_de_la_gareL’émergence est la porte d’entrée du réseau. En général, les accès à une gare sont regroupés en un point d’émergence unique, évitant ainsi la multiplication des couloirs souterrains. Sa forme varie pour dialoguer avec les contextes urbains. Dans la majorité des cas, il s’agit d’un bâtiment qui porte l’identité du réseau par sa posture urbaine et les signes qui y prennent place : recul et hauteur du bâtiment, nom de la gare, panneaux d’information, etc.

 

 

  • L’espace d’accueil

Chaque gare bénéficie d’un espace d’accueil et d’échanges ouvert sur la ville. Il concentre l’ensemble des informations utiles sur le transport et la ville, la vente de titre de transport, ainsi qu’une offre de services et de commerces. D’une gare à l’autre, on y retrouve toujours un socle commun d’activités essentielles visant à faciliter nos déplacements. Cet espace peut aussi jouer le rôle de hall de correspondance entre le réseau du Grand Paris et les modes lourds existants.

 

 

  • Les espaces de circulation

Les espaces de circulation permettent de se déplacer, de descendre et monter de manière facile et rapide. A l’image d’un fil d’Ariane, les espaces constituent un parcours intuitif de la ville aux quais. Un ensemble d’orientations architecturales, notamment sur les volumes et la lumière, permet de construire un univers apaisant, dans lequel il est facile de s’orienter.

 

 

 

  • Les correspondances

La majorité des gares du Grand Paris étant connectées avec le réseau ferré existant, le passage d’une ligne à l’autre doit être efficace et confortable. Les transitions entre le réseau Grand Paris, le métro, le RER ou le Transilien sont conçues pour être douces et maîtrisées. Le traitement des volumes, les dispositifs d’éclairage et la signalétique facilitent le choix de la bonne direction.

 

 

  • Les quais

Le quai est l’espace d’embarquement dans les trains : il constitue la première ou la dernière étape de notre parcours dans la gare. D’un quai à l’autre les ambiances sont similaires : l’organisation des volumes, le traitement de la lumière, le choix des matériaux, des mobiliers ou des supports d’information permettent de créer une continuité et une cohérence entre toutes les gares.