Des études à la mise en service du métro, différentes étapes de travaux se succèdent pour réaliser le Grand Paris Express et toutes ses infrastructures : gares, ouvrages de service, tunnels, centres d’exploitation, viaducs.

Des premiers travaux à la mise en service 

Au démarrage du projet, une longue phase d’études a permis d’affiner le tracé du Grand Paris Express, d’évaluer ses impacts environnementaux et de connaître la nature des sols traversés.
Après les procédures règlementaires, enquêtes d’utilité publique et d’autorisation environnementale, ainsi que les acquisitions foncières, les travaux commencent pour chacune des lignes. Toutes les précautions sont prises pour limiter les nuisances sur l'environnement et accompagner au plus près les riverains pendant la durée des chantiers. 

  1. Préparation du chantier
    Il s'agit de libérer l'espace qui se situe dans les futures zones de chantier : déplacements des réseaux enterrés (eau, éléctricité, gaz...), démolitions de bâtiments ou encore diagnostics archéologiques.
     
  2. Construction
    Les chantiers de génie civil consistent à construire les gares, les ouvrages de service, les viaducs et centres d’exploitation. Les tunneliers, longue machine de 100 mètres, creusent les tunnels qu’emprunteront les métros dans la partie souterraine du réseau.
     
  3.  Aménagement et équipement
    Les lignes sont entièrement aménagées et équipées. Réseau électrique, signalisation, escaliers mécaniques ou encore pose de la voie ferrée, les différents corps de métier s’affairent pour installer les équipements nécessaires au bon fonctionnement du métro et à l’accueil des voyageurs.
     
  4. Essais et marches à blanc
    Des essais sont menés pour contrôler l’adéquation entre les infrastructures et le métro. Des simulations sans voyageurs, appelées marches à blanc, sont ensuite réalisées pour vérifier le bon fonctionnement des équipements en conditions réelles.
     
  5. Mise en service
    Une fois les essais terminés, les lignes de métro sont mises en services progressivement et les gares accueillent les voyageurs.

La sécurisation des chantiers 

Nous mettons tout en œuvre pour faciliter et sécuriser la circulation autour des sites de travaux. Le cheminement des piétons ainsi que les accès aux commerces et aux entrées d’immeubles sont assurés au moyen d’une signalétique claire et des aménagements adéquats. Le long des palissades des chantiers, la circulation piétonne est sécurisée aux points d’entrée et de sortie des camions. Le plan de circulation de chantier définit les axes d’approvisionnement et d’évacuation d’un chantier de manière à générer le moins de nuisances possibles sur la circulation automobile.

La sécurité des compagnons est la priorité de la Société du Grand Paris et des entreprises de travaux. Des mesures de prévention rigoureuses sont mises en place sur les chantiers et un suivi régulier est assuré pour vérifier les conditions de travail. Afin de lutter contre la propagation de la Covid-19, des dispositifs de sécurité sanitaire ont été déployés sur les chantiers. Des mesures d’hygiène et de distanciation sociale ont été définies en concertation avec l’Etat, les autorités de santé, les maîtres d’œuvre et les entreprises de génie civil.

La surveillance des sols et des bâtis 

Compte tenu de la nature géologique du Bassin parisien, de la présence de nombreuses carrières, l’impact des travaux du Grand Paris Express sur les sols et les bâtiments en surface est également surveillé de très près. Ainsi, des capteurs sont posés sur les façades des immeubles et des pavillons situés dans les zones de travaux souterrains. Cette technique d’observation minutieuse permet de surveiller l’évolution et les mouvements dans le temps, avant, pendant et après les travaux.

L’interférométrie intervient dans la surveillance des mouvements des sols, mesurés à l’aide de satellites radars.