À Aulnay-sous-Bois, gros coup de froid en plein mois de juillet

Mis à jour :
© Société du Grand Paris / Genaro Bardy - Livraison d'azote sur le site
© Société du Grand Paris / Genaro Bardy - Livraison d'azote sur le site

Sur le site de la future gare Aulnay, un puits d’essai permet de déterminer, en tenant compte de la nature du sol, la meilleure méthode de construction souterraine. En ce début de mois de juillet est ainsi testée la congélation des sols, une technique assez spectaculaire.

« Ici, notre ennemi, c’est l’eau. » Du côté du chantier à Aulnay, le terrain s’avère assez « capricieux ». Le  sable de Beauchamp est un matériau instable et la nappe phréatique se trouve dès 10 mètres sous le sol. Et bien malin celui qui creusera un tunnel dans de l’eau. Il est donc indispensable, au préalable, de durcir le sol. Comment ? C’est justement pour déterminer  le meilleur procédé que l’on a construit ce puits d’essai, à l’emplacement même de la future gare.

Deux méthodes différentes sont testées. La première l’a été en avril : le jet grouting. Du ciment est envoyé à très forte pression pour rigidifier le sol. La deuxième est en cours réalisation : il s’agit de la congélation du sol. Pendant une semaine, on refroidit le sol grâce à de l’azote, ce gaz qui a une température de -196°C. Sous son effet, la température de l’eau passe de 14 à -10 degrés : elle se transforme donc en glace solide. Si cette seconde méthode est finalement retenue, le froid sera maintenu pendant toute la durée du creusement.

Retrouvez ici les photos du dispositif de congélation du sol

La congélation des sols avait déjà été utilisée lors de la construction de la ligne 4 du métro parisien, qui traverse la Seine : les travaux, réalisés entre 1905 et 1910, avaient alors nécessité de congeler l’eau.

On mesurera ensuite les différences de  comportement du sol, selon qu’il ait été cimenté ou congelé. En fonction des soulèvements ou des tassements, on optera pour l’une ou l’autre technique. En attendant les résultats de ces mesures, patience.